la relation Homme/Animal : « du questionnement éthique à une remise en cause de l’activité d’élevage ?»

L’amendement Glavany visant à modifier le statut des animaux d’élevage (à l’exception des animaux sauvages ou de corrida  !) dans le code civil (1) qui les reconnaitrait comme « êtres  sensibles » tout en leur gardant le statut des « biens mobiliers », a été l’occasion d’une effervescence politico médiatique   (pétition  des  intellectuels  et  artistes,  articles  de  presse,  etc.)  dépassant  l’enjeu  lié  à  cet amendement.  Elle  révèle   le  caractère   de  plus  en  plus  controversé   de  ce  sujet  et  sans  doute  un changement  de  perception  de  l’élevage  dans  la  société  qui  pourrait   avoir  des  conséquences profondes  à  terme.

En  effet  il  existe  depuis  longtemps  une  position  éthique   consistant  à  refuser  de  consommer  de  la viande  issue  d’une  mise  à  mort  volontaire  et  structurée  d’animaux  d’élevage  élevés  dans  le  but  de fournir  de  la  nourriture.  Mais  cette  position  individuelle  qui  a  sa  légitimité  est  aujourd’hui  amplifiée par  des  voix  médiatiques  plus  nombreuses  (cf.  livres  de   Frantz  Olivier  Gisbert,  Mathieu  Ricard  et  bien d’autres).  Cette  position  éthique  fait  maintenant  l’objet  d’un  combat  prosélytiste   qui  peut  aller
jusqu’à  des  luttes  violentes  s’éloignant  parfois   de  la  légalité  (cf.  certaine  actions  du  groupe  L.214). Elle  dépasse  également  souvent  le  simple  végétarisme  en  amalgamant  différentes  thématiques  dans ce  combat  (environnement,  santé  humaine,  modèle  économique.)
Les  organisations  professionnelles  d’éleveurs  oscillent   entre   déni   et  peur  de  cette  montée  en puissance  de  remise  en  cause  de  l’élevage  dans  la  société.  L’action   se  cantonne  souvent  à circonscrire  le  débat  autour    de  la  question  du  Bien  Etre  Animal  (BEA)   et  des  techniques  et  pratiques à   réglementer  de  façon  acceptable.  D’autres  prennent  plus  en  compte  cette  question  d’évolution des  perceptions  ou   des  positions  morales  et  éthiques  comme  un  sujet  important  pour  l’avenir  de l’élevage  et  des  éleveurs  dans  notre  société.  La  recherche  universitaire  et  l’INRA  s’y  intéressent  (yc
en  y  associant  souvent  les  filières  animales  à  l’exemple  du   GIS  Elevage  Demain  piloté  par  l’INRA)   et de  nombreux  travaux  à  ce  sujet  commencent  à  être  publiés.   Plusieurs  OPA  (CNE,  CNIEL,)   mettent  en place  des  équipes  de  travail   sur  le  sujet  ainsi  que  l’Institut  de  l’élevage  qui  a  créé  un  département intitulé  «  Métiers  d’éleveur  et  société  »,  dans  lequel  la  question  des  relations  Homme/animal  est abordée  sous   divers  aspects.  Sous  l’angle  du  travail  des  éleveurs  bien  entendu  mais  aussi  sous
l’angle  de  la  perception  par  la  société  et  de  l’éthique.

  • On  peut  observer  de  façon  sommaire  deux  grands  courants  à  l‘œuvre  actuellement  : Les  «  abolitionnistes  »,  qui  contestent  la  légitimité  de  la  consommation  de  viande,  et  de  tous  les produits  issus  des  animaux  (lait,  œufs..)  voire  la  légitimité  de  l’exploitation  de  l’animal  par  l’homme. Ils  sont  très  minoritaires,  clairement  anti-­‐élevage   mais  de  plus  en  plus  présents  dans  les  médias.
  • Les  «   welfairiste  »  qui  sans  être  opposé  à  l’élevage  militent  pour  le  respect  du  Bien  Etre  Animal. Leurs  objectifs  et  modes  d’intervention  peuvent  être  assez  variés  et  couvrir  un  gradient  allant  d’un point  de  vue  qui  pourrait  être  qualifié  d’  «  alternatifs  »,  jusqu’à  une  position  plus  soft  qui  pourrait être  qualifiée  «  d’optimisateurs  ».
    • Les  premiers   font  la  promotion  de  systèmes  fondamentalement  différents,  pour  des  raisons environnementales  et  éthiques  :  moins  de  viande  et  mieux  de  viande  ;  un  bon  rôti  de  bœuf une  fois  par  semaine,  acheté  à  un  éleveur  que  l’on  connait,  qui  respecte  ses  animaux  et  son territoire.  C’est  un  mouvement  qui  monte.
    • Les  second  demandent  qu’on  définisse,  et  fasse  respecter  des  règles  de  Bien  être  animal rigoureuses,  sans  contester  l’existence   de  systèmes  d’élevage  productifs   permettant  de produire  et  manger   à  faible  cout  et  pour  nourrir  un  monde  en  expansion  et  qui  a  faim  de viande.

Nous   avons  demandé   à  Jean  Marc  BECHE   de  synthétiser  et  présenter   les  différentes  positions (fondement  historiques,  philosophique,  religieux)  sur  la  relation  Homme/animal  d’élevage,  les évolutions  et  changements  de  perception,  les  organisations  porteuses  de  ces  courants  et  leur  mode d’intervention,  leur  importance  et  les  conséquences  envisageables   pour  l’élevage  (sachant  que  tous les  élevages  ne  sont  pas  logés  à  la  même  enseigne   (ruminant  /  monogastriques  ; «  industriel  »/«  familial  »)

Télécharger “La question de l’animal dans nos sociétés…jusqu’à la remise en cause de l’élevage ?” MARS7avril.pptx – Téléchargé 81 fois – 14 MB