L’agriculture et l’agroalimentaire en chine. Enjeux en termes d’indépendance alimentaire de ce pays et de débouchés pour notre agriculture européenne

Le sujet a été introduit par : Jean-Marc Chaumet de l’Institut de l’Elevage.

Le décollage économique chinois il y a plus de 35 ans a considérablement modifié l’économie mondiale. Atelier du monde, premier exportateur mondial tous produits confondus la place de l’Empire du Milieu dans le commerce mondial des produits manufacturés est largement connue. La construction de la puissance chinoise repose cependant sur une dépendance croissante vis-à-vis de l’étranger. Plus puissante, la Chine est en effet paradoxalement moins souveraine car plus dépendante de l’extérieur. Cette évolution concerne notamment les matières premières, malgré des productions intérieures importantes. La demande en énergie et en produits intermédiaires, nécessaires pour alimenter la production, de la deuxième puissance économique de la planète est depuis longtemps analysée. Mais l’alimentation est un aspect souvent oublié. Or, la croissance économique chinoise a eu pour conséquence une évolution rapide du régime alimentaire des chinois et des contraintes grandissantes handicapant la production agricole (urbanisation, pollution…) et augmentant sa dépendance en produits alimentaires.

L’ouverture et les réformes chinoises, entamées en 1978, ont été à l’origine de bouleversements structurels à l’intérieur du pays. Le régime alimentaire des Chinois s’est considérablement modifié, créant une pression sans précédent sur la production agricole nationale, qui peine à suivre. Les surfaces agricoles se maintiennent avec difficulté, la pollution des eaux et des terres freinent le développement des productions, la sécurité sanitaire des produits est à l’origine de nombreux scandales. La place croissante des produits animaux dans ses assiettes a obligé la Chine à se tourner vers le marché mondial pour approvisionner, en quantité et en qualité, sa population. D’abord centrée sur l’alimentation animale, les importations concernent aujourd’hui les produits animaux qui accentuent les déficit commercial agricole et agroalimentaire (50 milliards de dollars en 2013). Jusqu’ici relativement épargnés, les flux internationaux de produits agroalimentaires commencent ainsi à être fortement influencés par l’appétit chinois. En outre, dans le but de sécuriser son approvisionnement alimentaire, la stratégie chinoise évolue et repose de plus en plus sur des investissements dans les pays étrangers. Limitée par ses ressources en terre et en eau, la Chine se voit en effet contrainte de chercher à la source les produits et le savoir-faire nécessaires à l’alimentation de sa population. Les investissements ciblent tous les continents, dont l’Europe. Enfin, le dernier axe de développement concerne l’accueil des investissements étrangers en Chine, notamment dans le secteur laitier.

  • Le diaporama de la présentation

Voir le document->PPT Chine_ Mars – 7 octobre 2014. – JMC

  • The Need for Feed China’s Demand for Industrialized Meat and Its Impacts,Février 2014

Voir le document –>2014_03_26_The Need for Feed – China’s Demand for Industrialized Meat and Its Impacts

  • La Chine au risque de la d? ependance alimentaire, JM. Chaumet, T.Pouch, OCL VOL. 19 N8 5 septembre-octobre 2012

Voir le document –>La Chine au risque de la dépendance alimentaire – OCL

  • Idele_Chine : La lettre de veille et d’analyse de l’économie de l’élevage en Chine : n°9

Voir le document –>idele chine n°9 – Juillet 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *